Sous la glace

Compagnie de l'Arcade

du 6 au 22 décembre 2017

Théâtre de l'Opprimé

78 rue du Charolais 75012 Paris

tel : 01 43 40 44 44 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

du mercredi au samedi 20h30 dimanche 17h

 sous la glace web 037

mise en scène : Vincent Dussart

traduction : Anne Monfort © L’Arche Editeur

scénographie et lumières : Frédéric Cheli

costumes : Vincent Dussart & Mathilde Buisson

création sonore & musique live : Patrice Gallet

Ingénieur du son & régie Joris Valet

avec Xavier Czapla, Patrice Gallet et Stéphane Szestak

durée 1h15

Bande annonce du spectacle

Site internet de la compagnie

Dossier artistique

 « Ils ne savent pas qu’ils seront tous virés demain, ils continuent à courir gaiement dans les businesslounges… »

SOUS LA GLACE, c’est l’histoire de 3 consultants d’une société d’audit – deux jeunes, et un plus âgé dont il faut se débarrasser. Trois consultants qui pour trouver du travail, garder leur travail évoluer dans leur travail ont l’œil rivé sur leurs résultats, les mouvements de la bourse, l’évolution du marché. Des battants, des fonceurs, obsédés par la crainte de perdre autant que par celle de n’être pas assez compétitifs.

SOUS LA GLACE, c’est l’histoire de Jean Personne, Mister Nobody, que ses parents ne voyaient pas ; Jean Personne qui, à l’aéroport, attend toujours la dernière minute pour embarquer afin d’entendre les haut-parleurs répéter son nom ; Jean Personne, qui évaluait les autres et qui aujourd’hui est évalué ; Jean Personne qui voulait se débarrasser des vieux et qui est vieux à son tour ; Jean Personne dont on ne veut plus.

Presse

Un excellent spectacle, saisissant visuellement, furieusement parlant ! Lemonde.fr

Les comédiens jouent sur un train d’enfer, dans une densité sonore et gestuelle digne d’un concert de rock. Leur dépense judicieuse, jointe à la cruauté bénéfique de la partition textuelle, fait du spectacle un pamphlet hardi ! L'Humanité

Spectacle à conseiller à tous ceux qui ne veulent pas du monde rêvé des petits marquis de l’économiquement correct. Marianne

Un texte sombre qui sonne comme une alerte. La Terrasse