La Sorcière

Idiomecanic Théâtre

 
 LaSorciere Affiche 360px

texte de Jules Michelet
adaptation, mise en scène et interprétation
Julie Timmerman
lumière Philippe Sazerat
production Idiomécanic Théâtre

avec le soutien :
Fontenay en Scènes - Fontenay-sous-bois
Gare au Théâtre - Vitry-sur-Seine
Confluences - Paris XX°
avec l'aide de Dominique Rocher

durée 1h


Bande annonce du spectacle


Site internet

Ich bin Dynamit !
Je crois entendre les mots de Nietzsche dans la bouche de ma Sorcière, ivre de puissance dans un monde où les femmes ne sont rien, pas même le paillasson sur lequel les hommes, les seigneurs, les prêtres, s’essuient les bottes.
Après avoir été violée par le seigneur, chassée par le village et poursuivie par l’Inquisition, la jeune paysanne à l’aube de la vie doit se réfugier dans la forêt et pactiser avec Satan – seul être à lui rendre sa force et sa dignité d’être humain, et à lui ouvrir les portes de la Nature. Elle redécouvre alors tout ce que l’Eglise a toujours combattu : la bonne chère, le rire, l’usage de la raison, la fête, la médecine, la sexualité offerte et libre…
Ce conte fantastique que Michelet invente pour mieux raconter la révolte de la femme à travers les siècles, je m’en empare et le dit dans notre temps de capitalisme fou, de clivages sociaux exacerbés, de retour de la misogynie et des obscurantismes de toutes sortes. J’y joue tous les rôles - le seigneur, le prêtre, le Diable, et même les chevaux de la dame - mais surtout j’y incarne cette Sorcière, qui, comme l’historien et comme la comédienne, fait son sabbat pour ressusciter les morts et rendre visible ce qui n’est pas.
Ce texte est salutaire aujourd’hui, pour toutes les femmes qu’on veut réduire, pour tous les peuples qu’on opprime. Le moyen âge de Michelet a peut-être finalement peu à voir avec le moyen âge historique, d’après les experts, mais il a tout à voir avec les régressions de notre temps.
La Sorcière est un hymne à la liberté.